Andre Wagner est un photographe mais également un artiste-photographe. Depuis de nombreuses années, il enrichit le monde de photographies interconnectant le temps, l'espace, l'éternité et l'énergie. Sa passion l'a conduit à participer à diverses expéditions photos à travers le monde. Puis est arrivé le Corona. Et le monde entier s'est arrêté. Lui et sa famille ont alors décidé de réaliser un reportage photos en plein confinement à travers l'Allemagne. Sans foule ni tourisme. Dans son récit de voyage, il nous parle de son périple, de ses peurs, de la lassitude quant au Corona et de la façon dont vous pouvez transformer le négatif en positif.  

 

 

PORTRAIT

  • Nombre de voyageurs : 2 adultes + 2 enfants
  • Type de véhicule : Carado T447
  • Point de départ : Leutkirch am Allgäu
  • Destination : Rügen
  • Etapes :  Allgäu - Bodensee - Schwarzwald - Felsental Wental - An der Rhön - Schwäbische Alb - Potsdam - Mövenort - Kap Arkona - Kreidefelsen - Dranske- Regensburg
  • Période de voyage : du 10.05 au 08.06.2021
  • Nombre de kilomètres parcourus : 4000
Mon expérience d’évasion en plein confinement:

Pause obligatoire pour cause de Corona bien installé ! Histoire que ça énerve bien tout le monde ! Cela fait plus d'un an que je n'ai pas pu partir en reportage photos. L'envie grandit et une idée germe en moi : pourquoi chercher ailleurs ce que l'on pourrait trouver à sa porte ? Il y a sûrement aussi des endroits en Allemagne avec lesquels le jeu mystique du temps et des éléments peut s'exprimer dans une photographie.
Le bémol : l'Allemagne est confinée et tout est fermé.
Le bon côté : l'Allemagne est confinée et tout est fermé. Quand, si ce n'est maintenant, visiter des lieux spéciaux, ressentir leur énergie et la traiter photographiquement ? Personne ne dérangera, aucune foule de touristes ne s‘y déversera.
Après quelques difficultés, j'obtiens un permis de travail et commence à me préparer pour ce projet osé avec ma famille.


Le pour et le contre:

Nous allons voyager pendant un mois en camping-car et une question cruciale se pose : comment une famille de quatre personnes, habituée au confort et à l'espace d'une maison individuelle spacieuse, se débrouille-t-elle pendant un mois de déplacement professionnel dans un camping-car de 7,40 mètres de long ?
Comment nos enfants vont-ils s'en sortir ? Car cette fois, nous voulons vraiment tous prendre la route. Pour mon fils de 5 ans et ma fille cadette de 2 ans, ce sera la première fois qu'ils pourront accompagner papa durant un voyage dans le cadre de son travail. Ma femme connaît déjà cette vie nomade de par le passé. Après tout, il y a des années, nous avons parcouru ensemble 17 000 km à travers la Nouvelle-Zélande dans un bus Toyota, d’une vingtaine d’années, puis nous sommes allés plus tard en 4x4 en Islande.
J'ai moi-même appris très tôt à apprécier la liberté qu'apporte un couchage mobile. Le simple fait de pouvoir dormir sur place et de ne pas devoir retourner à l'hôtel présente d'énormes avantages. Cependant, il faut faire face à de nouvelles difficultés. Où se fournir en électricité, où se doucher ? Le simple fait d‘aller aux toilettes devient toute une aventure dans de nombreux endroits. Je ne me souviens que trop bien de l’époque où je voyageais au Japon avec mon assistant dans un petit bus avec un lit et lorsque nous devions prendre une douche quelque part. Nous avons perdu un temps fou à conduire jusqu'aux bains publics, à faire la queue pendant des heures, à changer de vêtements, etc. Cette fois, cela devrait (doit) être différent avec les enfants, d'autant plus que ce sera leur « première fois ».


Allons-y !:

Nous réceptionnons notre nouvelle maison pour tout le mois à venir. Le temps est tout sauf favorable, mais notre maison mobile high-tech a tant à offrir. Nous disposons d'un Carado T447 avec chauffage, alimentation électrique autonome, douche, toilettes, deux lits et une quantité incroyable d'espaces de rangement. Sans problème et sans tâtonnement, il y a beaucoup de place à l'arrière pour mes trépieds, mes lampes flash, mes étuis d'appareils photo. Nous emportons même deux vélos et mon vélo électrique pliable.
Nous pourrions tous dormir dans le grand lit familial à l'arrière, mais mon fils trouve la mécanique du lit rabattable tellement chouette que nous en faisons rapidement notre coin hommes. Chaque soir il s’amuse beaucoup à nouer les filets de sécurité avec ses petites mains. Et c'est drôle comme il glisse du lit sur le siège passager tous les matins. Globalement tout est synonyme de grande aventure pour les enfants depuis qu'ils ont emménagé. Je suis un peu inquiet de savoir comment je vais pouvoir concilier travail et famille dans un si petit espace. Secrètement j’espère que les pouvoirs magiques de ma chère épouse feront des miracles au niveau de la patience et de l’équilibre.


Destination n°1:

La Forêt-Noire est la première destination de notre voyage photos à travers l'Allemagne. Depuis plus d'un an, quelques idées concrètes de photos ont mûri en moi et je veux les réaliser. Oui, il le faut ! Le terme TEMPS a pris un nouvel aspect pour moi et, dans mon imagination, je visualise déjà l’œuvre finie, en grand format sur un mur.
Ce qui me frappe, par rapport à mes précédentes expéditions photos, c'est la manière totalement relax d'être sur la route avec notre Carado. Les dimensions inhabituelles me refroidissent un peu au début. Mais à part ça, je n'ai pas envie de courir à droite à gauche. Et ce n'est pas nécessaire non plus. Quand je suis en voiture pour prendre des photos, je me dépêche. Habituellement, j'arrête de travailler plus tôt, que ce qui est plutôt une bonne chose. Par contre, le principal avantage d'avoir sa « maison » avec soi et de ne pas avoir un long trajet à parcourir pour rentrer chez soi, ce qui est idéal.
Il est déjà tard et nous nous dirigeons vers la ville pour y passer la nuit lorsque je descends sous la pluie une montagne assez escarpée , quelque part au milieu de la Forêt-Noire. Même de loin, je peux voir dans le crépuscule qu'il semble y avoir une cascade un peu plus loin. Au fur et à mesure que nous nous rapprochons, nous voyons qu‘il y a même une place de parking devant la cascade. Je gare le véhicule juste là, empoigne mon appareil photo, mon trépied et des sacs plastique, m'enveloppe dans mon imperméable et cherche un bon angle. Jusqu'à tard dans la nuit, j’expérimente des photos de la cascade. Malgré la pluie, je prends une photo panoramique très élaborée en méga format. Plus tard, il sera aisé de l'agrandir jusqu'à une longueur de 12 mètres. J'ai souvent pris de nuit de longs temps d’exposition, mais il y avait toujours la pression de devoir rentrer tôt ou tard à la maison. C'est différent avec un camping-car juste à côté. Je suis serein et totalement concentré. Je sais que ma famille est probablement en train de cuisiner, que les enfants s'amusent, jouent et que tout va bien. Donc je peux travailler jusqu‘à tard dans la nuit. Le store pliable à l'avant, tout contre le pare-brise, ne laisse pas passer le moindre rayon de lumière. Et donc quand je reviens, je ne sais même pas si ma famille est déjà partie se coucher. Mais lorsque j'ouvre la porte et que je me débarrasse de mes vêtements mouillés, je suis accueilli par un grand salut, comme si j'étais parti depuis des jours. Parce que d'une certaine manière, les petits coquins ne voulaient pas encore dormir. Je trouve cela très intéressant, ces émotions, le calme, la proximité et l’opportunité de travailler en famille. D'une certaine manière, c'est une sorte de télétravail.


La nuit, quand tout est endormi:

Il est vraiment tard maintenant, tout le monde dort. Mon fils est allongé dans le lit d‘appoint abaissé, dont il a soigneusement rattaché les filets de sécurité. Je ne peux pas encore dormir. Ma tension et ma concentration sont encore trop fortes. De plus, je souhaite toujours sauvegarder les données de la caméra et les télécharger sur l'ordinateur. Bien que le lit se trouve directement au-dessus de la table du séjour, j'ai suffisamment d'espace et de liberté de mouvement pour poser mon ordinateur portable sur la table, car les sièges avant de notre Carado pivotent complètement. Grâce aux panneaux solaires, nous n'avons pas à nous soucier de l'électricité. Je mets les batteries de l'appareil photo et des flashs dans les chargeurs avant de terminer ma journée de travail dans un silence total et un environnement paisible.


Le jour suivant:

Parfois, le lendemain, je ressens le besoin de retourner sur les lieux de la veille au soir. Principalement parce que mon subconscient cherche les erreurs et que je souhaite peut-être améliorer quelque chose sur la photographie. Ce matin je suis donc sorti sous la pluie après le petit-déjeuner. Faudra-t-il rester un jour de plus? Au bout d’une cinquantaine de mètres, elle est devant moi, cette magnifique cascade. En dépit de la pluie diluvienne, j'entends soudain derrière moi le « splash-splash » des bottes en caoutchouc de nos deux petits qui veulent voir où papa prend ses photos. Ma femme suit et apporte un très grand parapluie. Je n’ai trouvé aucune erreur dans mon shooting d'hier et nous rentrons donc « à la maison ». Un thé chaud, le chauffage en marche et hop on repart. Je suis impressionné à nouveau par l'incroyable simplicité d'une telle vie, dans un espace si réduit et toutes sortes de réflexions sur les contraintes sociales, les valeurs, les habitudes enracinées et les besoins apparents bourdonnent dans ma tête. Les enfants se sont parfaitement acclimatés dès le premier instant, sont calmes et ont adopté notre Carado comme leur maison. Pas de pleurnicherie et de mal du pays. Au contraire, ils trouvent que c’est trop cool de faire partie du voyage. De plus, ils ne connaissent leur père que dans son studio, sur son ordinateur, et peuvent maintenant découvrir pour la première fois comment les photos sont vraiment réalisées. Je vais même jusqu'à les encourager à faire des suggestions de photos intéressantes en cours de route.


La différence:

En fait, ce que nous faisons n'est pas du camping. Nous sommes pratiquement tout le temps sur la route et le camping-car ne fait pas office de petite maison sur un terrain de camping. Au contraire celui-ci est plutôt devenu un outil de travail dans lequel je ne manque de rien. J'ai de l'électricité ; il n'est donc pas nécessaire de se déplacer pour en avoir et pour recharger les batteries, ce qui est vraiment très pratique par rapport à mes précédents voyages photos. Un autre avantage est que j'ai la nourriture à portée de main. J'aime cuisiner moi-même et jusqu'à présent, nous avons toujours cuisiné facilement. Je pense que la principale différence avec les autres formes de voyage et le domicile, c‘est ce sentiment de liberté et d'indépendance. Cela me permet une incroyable spontanéité. Je dispose d'un espace suffisant et d'une liberté quasi illimitée pour travailler. Même par ce sale temps pluvieux, notre camping-car nous offre une excellente retraite avec un système de chauffage étonnement rapide et puissant et, surtout, des toilettes. Même si... nous sommes en plein confinement. Tout est fermé, même les campings. Au final, cela demande un peu d’organisation logistique, car nous avons besoin de 140 litres d'eau propre tous les deux jours. De plus, il faut évacuer les eaux usées et vider les toilettes. Ce n'est pas si facile que ça en temps de confinement, mais grâce à Internet et à des applications spécifiques, nous arrivons toujours à trouver des aires de service. Heureusement que je suis sur la route pour le travail...


L’effet pictural:

Dans mes photographies, je traite généralement des relations entre le temps, l'espace, l'éternité et l'énergie. La plupart de mes photos sont très chargées spirituellement et développent un effet très énergétique dans une pièce. Une grande partie de moi se retrouve dans mes photographies. Ce voyage apaisant de la Forêt-Noire à l'Allgäu a également un effet positif sur mes photos. Malheureusement, aucune activité de loisirs n'est possible. Sentiers des cimes, châteaux, aires de jeux, pistes de luge d'été : tout est fermé. Les enfants en particulier rêvent avec envie des excursions visibles sur les affiches, tandis que les panneaux publicitaires tentent de nous égarer.
Mais cela a aussi son bon côté. Et pour moi, c'est génial car j'ai enfin tout le temps nécessaire pour m'occuper de mes idées de photos et de motifs. Je suis souvent seul pendant des heures, car le terrain est parfois trop escarpé ou je ne veux pas exposer les enfants à la pluie battante. En plus des nombreuses randonnées dans les bois, j'apprécie particulièrement d'avoir mon vélo électrique pliable à bord. Grâce à lui, je suis incroyablement mobile sur place, je peux changer de perspective à la vitesse de l‘éclair et plus d’une fois ma famille n’a pas remarqué mon absence. Toutefois je peux être très productif pendant un court laps de temps. Les photographies finalisées reflèteront finalement admirablement cette intemporalité.


L’apocalypse mais on continue:

Après beaucoup de pluie, de slaloms et de montées descentes, nous devons malheureusement dire adieu à la mi-mai au magnifique paysage de montagne au décor enchanteur. La pluie incessante nous oblige à faire une halte à la maison, au grand dam de nos enfants. Après un changement complet de linge, nous partons pour Rügen sous une tempête de grêle. Les prévisions météorologiques sont bonnes, mais Rügen est complètement fermée aux non-locaux pour le moment. Ce n'est qu'avec mon permis de travail que nous sommes autorisés à entrer sur l'île, après un long contrôle. Nous pouvons encore sentir quelques kilomètres après les regards envieux des agents qui nous ont contrôlés. Nous nous sentons un peu dans l‘illégalité, ce qui renforce notre sentiment de liberté et d'aventure. Ma femme me sourit et nous avons l’impression d’être Bonnie et Clyde.


Incroyablement beau:

La décision d'aller à Rügen était la bonne. Tout est désert. Plages, routes et campings : personne à l‘horizon. J'aime les photos où l'on ne voit personne. Par conséquent l'ambiance dépeuplée me convient très bien. Il fait bien plus chaud ici, sur la plus grande île d'Allemagne, que dans le sud, et les enfants peuvent enfin sortir sans bottes en caoutchouc.
Depuis le début le but de ce voyage était de photographier des lieux et des scénarios spéciaux en Allemagne et il ne nous reste plus qu'une semaine. Comme ce mois est passé vite ! Même ici, à Rügen, je parviens à ressentir l'esprit des lieux dans des endroits normalement bondés et le calme me murmure pourquoi ces endroits sont si spéciaux. Personne ne dérange. Ni mes pensées ni mes photos ne sont interrompues. On a l'impression d'être dans une autre dimension. Comme si j'étais un étranger regardant le moment terrestre de loin. D‘habitude cette distance et cette liberté me manquent, surtout dans les lieux touristiques. Des images uniques sont créées et je suis heureux. Les enfants sont de toute manière heureux. Et ma femme l’est aussi. Nous sommes tous les quatre le seul centre existant dans un semblant de monde irréel dans un instant d‘éternité.


De retour:

Le mois qui nous semblait interminable au départ est terminé – bien trop vite. D’une certaine manière nous n’avons commencé qu’il y a quelques jours. Toutes nos craintes concernant l’état psychique de nos petits se sont évanouies dès le premier jour. J’ai pu prendre de fantastiques photos dans des endroits juste incroyables. Nous avons guéri notre envie de voyager et les inquiétudes quant à la capacité de vivre ensemble dans ces quelques mètres carrés se sont avérées totalement infondées. Nous avons passé un merveilleux moment, une période vraiment unique avec de nombreuses expériences et ce dans une véritable harmonie emplie d’amour. Tout était différent et beaucoup plus détendu qu’à la maison. Un espace de vie aussi réduit crée de nouvelles structures, une division du travail, une main dans la main. C’est comme dans la vie réelle, une personne tient le volant, mais c’est ensemble que nous décidons d’aller à droite ou à gauche. Notre Carado nous a donné, et surtout aux enfants, la sécurité d’un foyer et la possibilité de combiner travail et famille de manière simple. Ma femme a réussi à merveille à garder l’équilibre. Etonnement, tout, vraiment tout, fonctionnait parfaitement.
Nous nous arrêtons à un feu rouge, nous nous regardons longuement et nous n’arrivons pas à nous défaire de cette pensée : voulons-nous vraiment revenir en arrière ? A quoi ressemblerait la vie d’une famille de photographe dans un camping-car ? Pourquoi une grande maison dans une ville exiguë ? Mais qu’en est-il de l’école obligatoire, de l’assurance maladie, de la « vie normale » ? Les enfants savent que nous sommes presque à la maison et conservent sagement et tristement leurs ceintures de sécurité attachées. Nous aussi, nous sommes silencieux, submergés par une profonde mélancolie et nous devons d’abord mettre de l’ordre dans nos idées. Et nous mordons ainsi une dernière fois dans l’un de nos délicieux sandwichs avant de tourner dans la cour.


Rechercher un concessionnaire

Essai sur
route
Montez à bord et
respirez l'air des vacances

Prenez rendez-vous avec votre
concessionnaire Carado.

Prendre un rendez-vous
INFOS
TECHNIQUES
TÉLÉCHARGEZ
LE CATALOGUE ICI

Retrouvez toutes les informations techniques dans notre catalogue.

Télécharger l'information
Monde
Carado
Du porte-vélos
à la couette

Équipez votre camping-car
avec des accessoires pratiques.

Trouver des accessoires

Ich bin ein Tooltip.